La linguistique et ses formes historiques d’organisation et de production – éd. Didier Samain, Pierre-Yves Testenoire

La linguistique et ses formes historiques d’organisation et de production, sous la direction de Didier Samain et Pierre-Yves Testenoire. Paris, SHESL (HEL Livres, 1) 2022, 336 p. ISBN 979-10-91587-16-7
DOI : https://doi.org/10.5281/zenodo.6675029
Volume entièrement disponible en ligne sur le site de l’Éditeur.

Parmi les résultats documentaires et théoriques apportés par ces
contributions, il en est un, moins attendu et plus discret que d’autres.
Il a fait apparaître la diversité des formes de réflexivité et d’auto-
désignation. De manière générale, nous avons tendance à nous méfier
des phénomènes d’auto-référence lorsqu’il s’agit des organisations.
Non sans quelque raison. Les petites et grandes manœuvres des
individus et des acteurs, les réécritures plus ou moins intéressées du
passé, tous ces biais sont légion. Figures et disciplines ne naissent pas
du cerveau de Zeus, mais de la forge d’Héphaïstos. Il n’empêche. On
ne peut s’empêcher de penser que les métadiscours ne se réduisent
pas pour autant aux mécanismes qui les ont fait naître, et qui parfois
nous échappent. À la lecture des pages qui vont suivre, la nécessité
de les envisager sérieusement devient évidente. Leur signification
cognitive et anthropologique en histoire des sciences reste toutefois
à préciser.

Extrait de la préface de Didier Samain

 

Posted by giuseppe d'ottavi