Parutions

Nouveautés éditoriales linguistiques et saussuriennes.

Flores – Saussure e a tradução

Valdir do Nascimento Flores, Saussure e a tradução, Brasilia, Editora UnB, 2021, 180 p., ISBN 978-6-5584-6024-4, eISBN 978-6-5584-6055-8, R$ 18,00
DOI: 10.7476/9786558460558
Site de l’Éditeur
SciELO Livros

Saussure e a Tradução objetiva derivar da linguística de Saussure uma refl exão acerca da tradução. Há vários motivos para propô-la: a) a necessidade de reler Saussure a partir de novas bases, levando em conta a especializada filologia saussuriana e a crescente divulgação de manuscritos que, hoje, permitem rever o destino dado a esse pensamento no século XX; b) a pertinência da teoria para a abordagem da tradução, considerando a amplitude que tem uma visão de conjunto da língua – articulada à diversidade das línguas – para tratar o fenômeno tradutório; c) finalmente, a prática tradutória de Saussure, tendo em vista que recentes documentos atestam que Saussure era um tradutor e, ainda mais, que essa atividade se coaduna com o seu pensamento acerca da linguagem, da língua e das línguas. O livro também reúne reflexões comparativas ao filósofo-linguista alemão Wilhelm von Humboldt que, como se sabe, legou importantes ideias sobre o fazer tradutório a partir da tradução da peça teatral Agamêmnon, de Ésquilo. Recentes manuscritos saussurianos comprovam que a mesma peça foi também traduzida por Saussure. Nesse caso, uma contraposição entre as duas traduções é feita a partir das discussões que ensejam os comentários feitos pelos tradutores. Tudo isso é pensado no quadro de uma antropologia da enunciação, ou seja, de uma reflexão que coloca o Homoloquens, o falante, no centro da reflexão. No caso em questão, o falante é nada mais nada menos que o tradutor Ferdinand de Saussure.

publié par giuseppe d'ottavi in Parutions

Language & History 64/1 (2021)

Language & History 64/1, April 2021, 67 p., Taylor & Francis, ISSN: 1759-7536 – eISSN: 1759-7544
Publié en ligne : 31 mars 2021
Notice de l’Éditeur

Table des matières

Articles

Greg Brooks, Joseph Neef (1770-1854): a forgotten pioneer of applying phonetics and regularised phonic materials to the initial teaching of literacy in English
DOI: 10.1080/17597536.2020.1864983
José Miguel Blanco Pena, On ancient vs. modern, eastern vs. western, contributions to text coherence theory
DOI: 10.1080/17597536.2021.1888369
Frederick Newmeyer, A post-Bloomfieldian’s last stand: Charles Hockett’s attempt to resign from the LSA in 1982
DOI: 10.1080/17597536.2020.1806523

Book Reviews

The history of language learning and teaching. I: 16th-18th Century Europe, II: 19th-20th Century Europe, III: across cultures
Edited by Nicola McLelland and Richard Smith, 3 vols., Cambridge, Legenda, 2018
(Simon Coffey)
DOI: 10.1080/17597536.2020.1744268
Language, mind, and body: a conceptual history
by John E. Joseph, Cambridge, Cambridge University Press, 2018
(Joseph L. Subbiondo)
DOI: 10.1080/17597536.2020.1744503

publié par giuseppe d'ottavi in Parutions

Histoire Épistémologie Langage 42/2 (2020)

Histoire Épistémologie Langage 42/2 (2020), Numéro spécial : « Genèse, origine, récapitulation. Trần Đức Thảo face aux sciences du langage », dirigé par Jacopo D’Alonzo et Alexandre Feron, SHESL / EDP Sciences, 202 p., ISSN : 0750-8069 – eISSN : 1638-1580
Publié en ligne : 16 mars 2021
Notice de l’Éditeur, avec possibilité d’achat d’une version numérique des articles.

Table des matières

Hommage – Andrée Tabouret-Keller

Jacopo D’ALONZO et Alexandre FERON, Introduction
Didier SAMAIN, Technique et fiction chez Trần Đức Thảo. Qu’est-ce qu’un contexte d’activité ?
Guillaume DECHAUFFOUR, La construction mutuelle du sujet et du monde. La méthode génétique et l’hypothèse de la récapitulation chez Piaget et Trần Đức Thảo
Patrick FLACK, Le « sens du réel » et l’indication chez Trần Đức Thảo. Une comparaison critique avec Hendrik Pos
Antonino BONDÌ, De quelques intersections entre la philosophie linguistique de Trần Đức Thảo et la phénoménologie sémiotique
Juliette FARJAT, Trần Đức Thảo en contexte. Une critique originale de Saussure ?
Andrea D’URSO, Trần Đức Thảo et la sémiotique marxiste de Vološinov et Rossi-Landi. Travail linguistique, hominisation et pratique sociale
Jacopo D’ALONZO, Les derniers travaux de Trần Đức Thảo sur l’origine du langage et de la conscience (1975-1991). Les Recherches anthropologiques

Varia

Gilles SIOUFFI, Langues vivantes / langues mortes . Un paradigme en émergence au XVIIe siècle
Didier SAMAIN, Sinologie et typologie. Deux articles de linguistique générale de Georg von der Gabelentz

Lectures & critiques

Lectures et critiques

publié par giuseppe d'ottavi in Parutions

Testenoire – Les anagrammes

Pierre-Yves Testenoire, Les anagrammes, Paris, Presses Universitaires de France (« Que sais-je ?, 4176 »), 2021, 128 pages, ISBN 978-2-7154-0090-0, € 9,00 / 6,99
Notice de l’Éditeur

Savez-vous qu’« un véto corse la finira », « la Révolution française » ? Qui se cache derrière le nom d’Avida Dollars, d’Alcofribas Nasier ou encore de Louis Jenrel ?

Vous avez dit « anagramme » ? Pierre-Yves Testenoire revient sur cette figure de style qui consiste à permuter les lettres d’un mot ou d’une expression pour en tirer un autre mot ou une autre expression, de sens radicalement différent, souvent loufoques. Tellement, qu’on les dirait parfois dotées du pouvoir de révéler le vrai sens des mots.

Cet art de cryptage autant que de décryptage est pratiqué depuis la plus haute Antiquité. Dans toutes les langues alphabétiques, on fait des anagrammes, qui peuvent prendre des formes variées : tantôt anacycliques ou palindromiques, tantôt saussuriennes ou psychana­lytiques. Il existe même des anagrammes musicales ! Avec ce livre, elles n’auront plus de secrets pour vous.

publié par giuseppe d'ottavi in Parutions

Cosenza – « Ferdinand de Saussure e la fotografia. Tra istantanee e scatti del tempo della lingua »

Giuseppe Cosenza, « Ferdinand de Saussure e la fotografia. Tra istantanee e scatti del tempo della lingua », in Scatti di pensiero. La fotografia come problema filosofico, a cura di Marcello Walter Bruno, Giuseppe Cosenza e Caterina Martino, Milano-Udine, Mimesis («Semiotica e filosofia del linguaggio, 28»), 2021, p. 155-176.
Notice de l’Éditeur

La fotografia, tecnologia che sembra votata alla riproduzione della realtà materiale, è un possibile oggetto di studio per i filosofi? Dall’altro lato la filosofia, indagine preliminare su qualunque campo del ragionamento, è un passaggio obbligato per l’operatività dei fotografi in quanto artisti? In questo volume provano a rispondere una serie di studiosi italiani di varia provenienza disciplinare, a cui si aggiungono due figure sconfinanti: Georges Didi-Huberman, filosofo che ha impugnato la macchina fotografica per illustrare il suo libro Scorze; e Joan Fontcuberta, fotografo che alla sua attività artistica ha sempre unito la riflessione teorica sull’immagine digitale. Ne viene fuori un primo tracciato storico sulle suggestioni che la fotografia ha fornito al pensiero di alcuni grandi filosofi della modernità occidentale (fra cui Peirce, Saussure, Wittgenstein e Freud) ma anche sul debito che alcuni grandi fotografi del Novecento hanno contratto con la tradizione filosofica (ad esempio il legame tra Luigi Ghirri e Giordano Bruno). Un tentativo di contestare l’idea di Günther Anders che “fotografare e filosofare sembrano escludersi a vicenda”.

Extrait de la quatrième de couverture.

Dans le même volume :

  • Emanuele Fadda, « La coscienza è una composite photograph. Sul significato della fotografia in Peirce », p. 141-154
  • Daniele Gambarara, « Prieto e la fotografia, fra pratica simbolica e pratica tecnica », p. 177-195
publié par giuseppe d'ottavi in Parutions

Saussure – Le Premier Cours de Linguistique Générale : la trilogie achevée (éd. F. Vincent)

Ferdinand de Saussure, Le Premier Cours de Linguistique Générale : la trilogie achevée. Sténogramme Caille, triple transcription, analyses et commentaires par François Vincent, Deauville, Éditions Champs-Élysées, 2021, 812 pages, ISBN 978-2-37939021-0, € 50
Site de l’Éditeur et du distributeur.

L’Auteur, docteur en Sciences du langage, s’est intéressé avec une profondeur inédite à celui qui fonde le socle de la linguistique moderne et contemporaine.
« Un travail d’une grande importance, abouti, difficile, exigeant (…) un apport indéniable à la connaissance du corpus saussurien ». François Vincent apporte des réponses sur des questions matérielles et intellectuelles sur l’œuvre de Ferdinand de Saussure « précisant certaines choses essentielles du point de vue méthodologique » offrant « la lisibilité complète à un document précieux » modifiant « la vision que l’on peut avoir de tous les cours de Saussure » dans un texte publié « supérieur à toutes les éditions précédentes ».
L’ouvrage « permet de mettre en évidence ce qui constitue les « nœuds » de la pensée saussurienne du signe sous-jacent à la pensée connue, mais peu apparents dans les différentes traditions des saussurismes du XXe siècle. C’est le cas tout particulièrement de la « théorie du mot » qui engage à la fois des aspects négligés de la réflexion saussurienne sur les unités linguistiques et leurs ontologies, et de la « théorie du quaternion », véritable carrefour de la conceptualité saussurienne (…) de quoi renouveler, voire réviser, une réflexion sur le « nominalisme » saussurien.
François Vincent est en outre diplômé en psychologie et son intérêt plus récent pour la psychanalyse se situe toujours au centre de la trilogie pensée-langage-langue, de la catégorisation et des catégories dans les trois domaines.
L’auteur examine les documents sources dont ceux de Caille ; l’ensemble de l’ouvrage permet de privilégier la thèse selon laquelle Louis Caille tenait le rôle de secrétaire de séance pour le cours original et neuf dont l’introduction dans les programmes modifiait l’orientation de l’enseignement de l’université.
Il résulte de ce travail que, de facto, la seule source à proprement parler du Cours I est cette sténographie de Louis Caille, contrairement à ce que suggérait jusqu’ici la connaissance des textes considérés nécessairement dans l’ordre historique de leurs acquisitions.

Extrait de la quatrième de couverture

publié par giuseppe d'ottavi in Parutions